Le syndrome du ZIG ZAG

La vie municipale n’en finit pas d’être étonnante ! Les élus d’opposition seraient-ils atteints d’une maladie chronique appelée syndrome du zig-zag qui consiste à se déclarer aujourd’hui « Contre » des réalisations pour lesquelles, hier, ils étaient « Pour » ? En effet, l’un de nos opposants, membre de la liste de JM. Paratte en 2008, soutenait avec lui le projet Cœur de Ville qui incluait déjà « une meilleure continuité du bâti de la rue des Ecoles et de l’Hôtel de ville ». L’autre groupe d’opposition, en 2014, dans son programme, affichait la volonté de réaliser ce front bâti, après consultation et accord des propriétaires des maisons Castors. Or, le 16 novembre dernier, en conseil municipal, ces deux groupes d’opposition ont voté contre le projet présenté par la majorité municipale bien que celui-ci respecte tous les critères essentiels (achat à l’amiable des 3 maisons, qualité architecturale, insertion dans l’environnement, typologie des logements, approche financière…)

La politique, pour être crédible, demande du sérieux et pas de l’opportunisme. La critique pour la critique n’est jamais une bonne méthode. Le citoyen a besoin d’y voir clair. Il vote en faveur d’un projet de mandature et les élus issus des urnes doivent rester fidèles à leurs engagements.

C’est ce que nous, élus de l’équipe majoritaire, essayons de faire au quotidien : respect de la parole donnée, respect des électeurs. Nous nous employons quotidiennement à poursuivre dans tous les domaines les objectifs que nous nous étions fixés. Déjà, une multitude d’objectifs annoncés dans notre projet ont été atteints. Nous allons d’ailleurs dans les mois à venir vous rendre compte de nos actions et de leur fidélité au programme que vous avez approuvé majoritairement dès le 1er tour en 2014.

 

Download PDF